Chroniques 1893

 
 

Dernière mise à jour / Letzte Änderung : 27 / 03 / 2021 par MJR

 

 

Fortifications, ouvrages en cours de construction

 

 

Empire allemand

 

Cette rubrique concerne les fortifications allemandes en cours de construction ou de modernisation, sur le territoire allemand, en tenant compte des frontières de l’année en cours.

 

Allemagne Front Nord & fortifications côtières.

 

Place forte de Wilhelmshaven

Ouvrage en cours de construction :

Groden-Batterie A et B (1892-1896), deux batteries distantes de 150 m, armée chacune de 4 obusiers de 28 cm sur des emplacements à ciel ouvert entre les traverses. 1915 : transfert des obusiers vers les côtes de Flandre, où est érigé la Batterie Groden à Blankenberge. 1917 : les deux batteries sont armées de 4 canons de 24 cm sur affût à pivot central « Mittelpivotlafette » établis à ciel ouvert. La Grodden-Batterie A est équipée en plus de cuves pour pièces d’artillerie antiaérienne « Flak ».

 

Allemagne Front Ouest

 

Feste Kaiser Wilhelm II, groupe fortifié de Mutzig

Ouvrage en cours de construction :

Ost-FortFort Est (1893-1895) ; fort triangulaire, batterie n°2 avec 4 obusiers de 150 sous coupole cuirassée (15 cm H.P.T. 93), premiers exemplaires installés en Allemagne ; 6 tourelles cuirassée à éclipse avec un canon de 6 cm P.T. ; 1 observatoire d’artillerie cuirassée tournant (P.B.T. 94).

 

Place forte de Neubreisach - Neuf-Brisach

Ouvrage en cours de construction :

Abris à munitions (1892 environ - ?), AKO du 19 août 1892.

Ouvrage près du Giessen (1892 environ - ?), AKO du 19 août 1892.

Gruppe Schleuse 59, Groupe d’ouvrages de l’Ecluse 59 (1892 environ - ?), AKO du 19 août 1892.

Linke Anschlusslinien, lignes de jonction Sud (1892 environ - ?), AKO du 19 août 1892.

 

Allemagne Front Sud

 

Place forte d’Ingolstadt.

Ouvrage en cours de construction :

Rive gauche du Danube

Zwischenwerk Nr. 5 – Werk 193 (23 mars 1891 – 22 mars 1894). Errigé au Nord de Großmehring. Ouvrage intermédiaire sous la forme d’une demi-redoute à fossé sec compètement différant des autres. Flanquement des fossés par deux coffres de constrescarpe relié à l’ouvrage par une poterne souterraine et une caponnière double à la gorge. L’ouvrage disposait de plus de casemates et d’une poterne sous traverse en capitale ; blockhaus de chemin couvert sur l’angle d’épaule droit. L’ouvrage a été détruit et quelques débris étaient encore visibles sur un terrain privé.

 

Belgique

 

Cette rubrique concerne les fortifications en cours de construction ou de modernisation du royaume de Belgique, conformément aux frontières de l’année en cours.

Il est extrêmement difficile de dater précisément la construction des ouvrages de fortification belges. Souvent les dates de construction correspondent à l’année de la loi du programme de fortification, et d’autres indications nous donne des dates diverses. A défaut de disposer de documents ou de dates de construction plus précise, j’utilise les différentes options.

 

Place forte d’Anvers

Ouvrages en cours de construction :

Fort de Lier (1876-1893), également dénommé fort de Lierre.

Fort de Walem (1878-1893 ou 1876-1893 ?), également dénommé fort de Waelhem.

 

France

 

Cette rubrique concerne les fortifications françaises en cours de construction ou de modernisation, conformément aux frontières de l’année en cours.

 

France Front Ouest Côtes de la Mer du Nord, de la Manche et de l’Atlantique

 

Place forte de Le Havre

Ouvrage en cours de construction :

Batterie de Dollemard (1892-1894), 4 plateformes et 1magasin sous roc.

 

Place forte de Cherbourg

Ouvrage en cours de construction ou de modernisation :

Batterie de la digue de Querqueville (1890-1896), NO de Cherbourg. Tous les canons étaient sur affût à pivot central.

Fort du Musoir Est (1851-1860), fort circulaire. 1893 : remodelage de l’étage supérieur, remplacé par une dalle de béton de 3 m d’épaisseur.

 

Place forte de Brest

Ouvrage en cours de construction :

Fort du Dellec (1747). 1893 installations de 2 canons de 47 mm Mle 1885 TR sur affût M Mle 1885 à crinoline et 1 projecteur de 90cm.

 

Place forte de Lorient

Ouvrage en cours de construction :

Fort du Bas Grognon (1893), refonte importante de cette ancienne batterie construite en 1744, modernisée en 1859 : 4 plate-formes pour canons de 24 c Mle 1876 sur affûts.

 

Place forte de Saint-Nazaire

Ouvrage en cours de construction :

Fort de l’Eve (1891-1895) protégeait l’estuaire de la Loire. Casemates en béton, armé et équipé de 4 canons de 240 mm et 4 canons de 95 mm, 1 projecteur de 150 cm.

 

France Front Nord-Est

 

Place forte de Lille

Ouvrages en cours de construction :

Ouvrage de Babylone (1891-1894).

Ouvrage de la Croix de Vallers (1891-1894) ouvrage intermédiaire pour une compagnie d’infanterie avec abris bétonnés. Actuellement ouvrage complètement remblayé.

Ouvrage d’Enchemont (1891-1894) ouvrage pour une compagnie d’infanterie.

Ouvrage de l’Entrepôt (1891-1894) ouvrage intermédiiare pour 1 compagnie. Situation actuelle : ouvrage détruit et disparu.

Ouvrage d’Houplin (1891-1894) ouvrage intermédiaire.

Ouvrage de la Jonchère (1891-1894) ouvrage intermédiaire.

Ouvrage de Lompret (1891-1894) ouvrage intermédiaire.

Ouvrage du Moulin Neuf (1891-1894).

Ouvrage de Noyelles (1891-1894), ouvrage intermédiaire pour une demie-compagnie, 1 cloche d’observation.

 

Place forte de Maubeuge

Ouvrages en cours de construction :

Batterie de Gréveaux (1893).

Batterie de Héron-Fontaine (1893).

 

Place forte de Verdun

Ouvrages en cours de construction :

Abri caverne des Quatre Chemnées (1889-1894) N-NE de Verdun, E-NE de l’ouvrage de Froideterre. Point extrême de l’avence de l’offensive allemande de juillet 1916. Etat : Accès libre.

Ouvrage de Thiaumont (1887-1893), ouvrage intermédiaire, modernisé 1902-1905, 1 tourelle de mitrailleuses, 1 observatoire, 1 casemate de Bourges.

Ouvrage d’Hardaumont (1887-1893), ouvrage intermédiaire, non modernisé.

Batterie de la Carrière (1889-1894), 1ère batterie annexe gauche de la redoute de Belleville.

 

Place forte de Belfort

Ouvrage en cours de construction :

Batteries de Bessoncourt (1890-1894).

 

France Front Sud-Est

 

Place forte de Lyon

Ouvrages en cours de construction :

Rive droite de la Saône :

Deuxième ceinture de forts détachés :

Fort de Chapoly (1891-1893) à l’ouest de Lyon sur la rive droite de la Saône. Etat actuel : ouvrage entière arasé hormis le casernement qui sert de centre de vacances.

Rive droite du Rhône :

Deuxième ceinture de forts détachés :

Magasin de Sathonay (1892-1894) au nord de Lyon, sur la rive droite du Rhône et la rive gauche de la Saône. Comprend trois galeries souterraines.

Rive gauche du Rhône :

Fort de Meyzieu (1891-1893) à l’est de Lyon, rive gauche du Rhône. 1944 : troupes allemandes démolissent la caserne centrale lors de la retraite. 1979 : acheté par la commune de Meyzieu. Etat actuel : restes du fort fermés, sert de parcours de santé.

 

Place forte de Modane

Ouvrage en cours de construction :

Baraquement du Fréjus (1891-1895) comprend 7 baraques en maçonnerie et deux abris enterrés. Entretenues en partie jusqu’en 1930-1940.

 

Place forte de Grenoble

Ouvrage en cours de construction :

Batterie du Quichat (1891-1893) N de Grenoble. Comprend 6 plate-formes d’artillerie, un casernement et un petit magasin sous roc. Site Internet.

 

Place forte de Bourg-Saint-Maurice

Ouvrage en cours de construction :

Blockhaus de la Platte (1892-1894) au SO de Bourg-Saint-Maurice, « Fort des deux milles », ouvrage de surveillance.

 

Place forte de Briançon

Ouvrages en cours de construction :

Baraquement du Granon (1885-1895), près du Col du Granon (2 404 m).

Position du Lenlon (1890-1900) position complémentaire du fort de l’Olive face aux principaux passages frontaliers.

 

Place forte de Tournoux

Ouvrage en cours de construction :

Poste de Cuguret (1890-1893) 3 postes de surveillance ou relais de communication optiques.

Tunnel du Parpaillon (1892-1900), NO de Tournoux. Ouvrage creusé sous le col de Parpaillon.

 

Place forte de Lanslebourg

Ouvrage en cours de construction :

Abri de la Beccia (1893-1894).

 

France Front Sud – Cotes de Méditérannée

 

Place forte de Toulon

Batterie Pin de Galle (1893), E-SE de Toulon, batterie côtière, 1 magasin sous roc.

Fort du Piquaudon (1893-1895) NO de Toulon, effectif 360 hommes, avec magasins sous roc.

 

France Front Sud Corse

 

Fortifications de Bonifacio

Ouvrage en cours de construction :

Batterie n°2 de Bonifacio (1888-1895). Armement : 2 canons de 19 cm Mle 1878 sur affût G.P.C., à partir de 1894 4 pièces identiques. Batterie désarmée en 1928.

 

 

Expériences, innovations et progrès de la fortification et de l’artillerie de siège et de forteresse

 

 

1893 : les mortiers de 15 cm (15-cm Mörser) sont retirés du service en 1893.

Source: S0596 : Generalleutnant a.D. Schirmer : V. Teil : Das Gerät der schweren Artillerie ; Verlag Bernard & Graefe, Berlin ; 1937, p. 16.

 

 

Chroniques de l’année 1893

 

 

1893 Divers

 

Allemagne, techniques de fortification : vers la réalisation de groupes fortifiés.

En vue de la réalisation des nouvelles fortifications, l’opinion suivante avait cours, que le fort d’artillerie devait être maintenu avec des pièces d’artillerie protégées par des cuirassements. A côté de cela, il devait rester assez d’espace pour l’infanterie.

D’après ces principes, on a érigé à partir du début des années 1890, en parallèle aux réalisations des ouvrages de Brialmont à Liège et à Namur, quelques ouvrages cuirassés “Panzeeinheitswercke” comme les deux forts dont la construction commencera en 1893 et 1894, qui formaient le cœur du groupe fortifié de la Feste Kaiser Wilhelm II à Molsheim. Comme un tel fort comprenait l’irrémédiable assemblage de défense rapprochée et lointaine, où déjà la phase du combat de l’artillerie, les moyens de défense rapprochée étaient soumis au tir ennemi, l’idée d’une séparation de la défense lointaine et de la défense rapprochée se conforte peu à peu.

Source : S0083.

 

Allemagne, artillerie sous cuirassements : mise en service d’un canon à tir rapide de 5,7 cm sur tourelle éclipsable.

En 1893, on a mis en service un cuirassement abaissable “Senkpanzer” pour un canon à tir rapide de 5,7 cm, autorisé part le ministère de la guerre.

Source : S0083

 

Allemagne, Mutzig-Molsheim : début des travaux de construction.

Les travaux de construction du fort Est à Mutzig commencent en 1893.

Source : S0111 : Albert, Dr., Major a.D. : Das Festungsproblem in Deutschland und seine Auswirkung auf die strategische Lage von 1870-1914 ; Junker und Dünnhaupt Verlag Berlin ; 1933, p. 112.

 

Janvier 1893

 

Allemagne, artillerie sous cuirassements : fin des essais des obusiers de 15 cm sous tourelles cuirassées.

Les obusiers de 15 cm sont mieux adaptés que les obusiers de 21 cm court. EN janvier 1893, la société Krupp terminera les essais de l’obusier de 15 cm sous coupole cuirassée.

Source : S0083

 

Jeudi 9 février 1893

 

France, justice : procès en escroquerie de l’affaire de Panama.

Charles de Lesseps, fils de Ferdinant de Lesseps, est condamné à 5 ans de prison à l’issue du procès en escroquerie de l’affaire de Panama.

Source : S0131

 

Dimanche 26 mars 1893

 

Allemagne, fortifications : ordonnance impériale relative à l’artillerie de forteresse sous cuirassement.

Le 26 mars 1893, l’empereur d’Allemagne a signé une ordonnance impériale demandant de vérifier « qu’elle influence aurait l’introduction de pièces sous cuirassement sur les installations d’une nouvelle fortification et sur le remaniement des anciennes », et, « avec une limitation du nombre de pièces et un aménagement voir même une limitation de la défense sur le rempart à ciel ouvert…. était à prendre en compte et également, une séparation des positions d’artillerie et d’infanterie qu’il fallait réaliser ».

C’est environ à cette époque que fut réalisé le projet d’une coupole cuirassée pour une nouvelle pièce de 10 m, qui plus tard à côté de celle de l’obusier de 15 cm, deviendra la plus importante pièce cuirassée de la défense du territoire allemand.

Source : S0083.0

 

Jeudi 30 mars 1893

 

Allemagne, fortifications : propositions du comité des ingénieurs.

L’importance des cuirassements pour une partie de l’artillerie a été confirmé après les nombreux essais de grande envergure menés en 1892. Le 30 mars 1893, le comité des ingénieurs a présenté des propositions pour la réalisation de nouvelles fortifications et la transformation d’anciens ouvrages après l’introduction générale des cuirassements dans les systèmes fortifiés allemands.

Source : S0083

 

Juillet 1893

 

Allemagne, armée impériale : vote d’une nouvelle loi militaire.

Une nouvelle loi militaire déjà en discussion en 1890 est votée dans la forme d’un quinquennat en juillet 1893 : il est dit explicitement que « l’éventualité d’une guerre future, à soutenir sur deux fronts différents, doit être envisagée, non comme une anomalie, mais comme une vraisemblance ». Les effectifs ne sont pas sensiblement modifiés, mais cette loi paraît explicitement pour la mise à l’essai du service de deux ans (au lieu de trois), pour rajeunir l’armée de campagne ; ce n’est en somme qu’une augmentation du nombre d’hommes incorporés tous els ans pour accroître la valeur des troupes.

Source : S1230.

 

Vendredi 24 novembre 1893

 

Allemagne, Alsace-Lorraine : premiers exercices hivernaux nocturnes de l’artillerie à pied.

Le 24 novembre 1893, un détachement d’une centaine d’hommes du 10ème régiment d’artillerie à pied « 10. Fu.Art. » de Strasbourg s’est rendu par étape de Strasbourg à Wasselonne et Saverne, en emmenant plusieurs obusiers de gros calibre dont les attelages avaient été renforcés. Ces premières manœuvres d’artillerie lourde en montagne durèrent 3 jours, puis le détachement rentra avec son matériel à Strasbourg, en passant par Molsheim.

A la même époque, et dans le courant des deux mois suivants, les garnisons du XVe corps, soumises à de fréquentes alertes de nuit aussi bien que de jour, exécutaient, soit des épreuves partielles de mobilisation suivie d’une marche, soit quelques exercices de service en campagne. De temps en temps une fraction était désignée pour camper sur le terrain et ne rentrer que le lendemain dans sa garnison.

Source : S0422.

 

Samedi 9 décembre 1893

 

France, Paris : poursuite des attentats terroristes.

A Paris, les attentats terroristes se poursuivent. Le 9 décembre 1893, le militant Auguste Vaillant lance une bombe en pleine séance dans l’hémicycle de la Chambre des députés.

Source : S0131.

 

 

 

Contact

Fort Großherzog von Baden - Fort Frère Rue de la Colline
Oberhausbergen
67205
+33(0)6.98.23.30.14 contact@fort-frere.eu